Messages

Nouveau forfait.. (pub)

Image
Des sujets qui vous touche directement en groupe restreint. Une approche qui permet un meilleur partage.. Nouveau forfait Rencontre semi privé À votre domicile Éducation Canine  °Nombre de participant: trois auditeurs et leur  chien. °Nombre de rencontre: une ou plus selon la demande °Durée de la rencontre: trois à quatre heures Contenu: trois sujets ou questions par auditeur °lieu: au domicile d'un des participants °Objectif: permettre aux auditeurs d'améliorer la relation avec leur chien. ° tarif: $300.00 (à l'intérieur de 130 km de Sainte-Adèle) 514 816 4450

En route vers le début de la socialisation

Image
DE LA QUATRIÈME À LA HUITIÈME, NEUVIÈME ET DIXIÈME SEMAINES Avant l’adoption, qui devrait être faite entre la huitième et la douzième semaine, le chien est en pleine découverte. Il commencera à se familiariser avec les objets, les différents environnements et surtout, les êtres vivants de toutes sortes. Il ira renifler tout ce qui l’entoure tout en revenant régulièrement vers sa mère. Il le fera en naviguant un peu comme en étoile autour d’elle. Avec le temps, l’étoile grandira et les retours seront moins fréquents.  À ce point, l’éleveur ou les membres de la famille humaine devront assumer  la familiarisation des chiots en les manipulant (un peu aussi avant la quatrième semaine) et en leur faisant rencontrer fréquemment des gens (famille et autres), d’autres animaux et tous les recoins de la maison. Le plus large de la socialisation, selon la science, devrait se faire avant la seizième semaine. Cela suppose que toute socialisation faite après cet âge serait plus complexe

Un autre son de cloche concernant la dominance

Image
Le phénomène est ponctuel et contextuel mais n'est pas un trait de caractère. Un chien soumettra un autre par sa force et sa ténacité et sera soumis par un plus fort que lui. Par ailleurs le chien qui grogne, qui montre les dents et qui va même jusqu'à mordre ne domine pas il affirme ses craintes ses peurs et ses phobies... Ça ne veut pas dire qu'il ne faut pas intervenir. Ça veut Plutôt dire que notre réponse sera bien différente de celle suggérer dans un contexte de pseudo dominance... À domicile https://www.facebook.com/educateurcaninnelsonlebrun/ Vous pouvez me joindre au 514 816 4450

Préjugé animal versus préjugé humain

 Voyons si le terme préjugé s’applique à l’intellect animal. Peut- on suggérer que *l’émotion animal fait place à l’intention. Est-ce possible? Quand votre chien à titre d’exemple, ne comprend pas vos attentes ou vos comportements, il analyse chacun de vos gestes et vos mots cherchant dans son répertoire mnémonique un sens à ses observations. Si rien ne correspond à votre directive dans sa mémoire, il s’appliquera à donner d’autres réponses au hasard, en souhaitant agir dans le sens de la  demande de son maître. Si votre chien s’acharne à donner la mauvaise réponse parce qu’il n’a pas l’information requise, il pourrait en tirer la conclusion que vous ne savez pas ce que vous voulez. Si tel était le cas on pourrait en conclure qu’il a un préjugé fondé sur son ignorance de la communication. humaine. L’animal cherchant qu’à satisfaire l’ensemble de ses besoins ne perdra pas de son temps à juger l’autre. L’erreur d’interprétation peut le porter à s’éloigner sans entretenir de j

Ses besoins de base et d’épanouissement

 « Les processus mentaux s’activent pour combler les besoins  de tout ce qui vit. » Pour ce faire nous utiliserons la « pyramide* adaptée » de  Maslow qui s’applique presque aussi bien aux animaux qu’aux  humains. De la base vers le sommet voici à quoi cela pourrait  ressembler, sans aller dans tous les détails. 1- MANGER : essentiel à sa survie. 2- S’ABRITER, SE PROTÉGER : aussi essentiel à sa survie. 3- SOCIALISER, JOUER : permet de s’identifier à l’intérieur  d’un groupe, développer une personnalité, s’exprimer et se dépenser. 4- ÊTRE SATISFAIT : équilibre et bonheur. Le chien n’aspire  pas consciemment au bonheur. Sa recherche est dans l’ordre  des choses, comme probablement pour tout être vivant.  Parfois, certains humains ou même certains animaux renoncent  consciemment à un besoin par altruisme ou pour d’autres raisons. __________

Un court résumé sur ses origines

Image
Selon la science, nous aurions débuté la domestication des canidés sauvages depuis approximativement trente mille ans... Notre proximité avec eux allait de soi. Nous avions en commun d’être nomades pour suivre notre gibier et d’être des commensaux (vivre et manger en groupe). Ces points en commun favorisant des rencontres, nous eument vite fait de réaliser que la proximité avec d’aussi capables animaux pouvait servir nos besoins.  Que ce soit pour la chasse, la protection des campements, la chaleur de leurs corps pendant les nuits froides et plus encore, les canidés sont devenus des alliés de grande valeur. Aux fils des ans, nos besoins spécifiques nous ont amenés à la spécialisation, ainsi nous avons développé des races aux rôles spécifiques. Assurément, les théories se bousculent, mais la réalité ne serait être loin de l’évolution qu’ont connu les canidés sauvages de cette période à ce que nous définissons comme un chien aujourd’hui. Notez que les croisements, au fil des millénaires

Petite histoire d'un éducateur canin

Petite histoire d'un éducateur canin Aujourd'hui j'avais rendez vous avec une cliente à Saint Sauveur, au centre du village pour travailler d'une part, la marche au pied et la socialisation de son chien un peu réactif. Dans ce contexte il est question autant de mettre en confiance le maître que de travailler le comportement du chien. Pendant la marche un autre éducateur vient à notre rencontre avec un berger allemand de 11 mois plutôt craintif. Ce dernier souhaite s'approcher de nous pour entrer en contact avec le chien de ma cliente. La réaction de l'éducateur me suprend un peu, "il choque" sont chien tout en donnant sa directive en criant pour finir par "le poquer". Finalement le chien prend une posture de soumission et de peur. Tout de suite après l'éducateur permet au jeune chien d'avancer. Suite à ça il me dit "je vais te donner un conseil". Je m'empresse de lui dire que c'est aussi mon travail et que je suis